Émission:Le Journal/vendredi 8 juin 2018 : Différence entre versions

De Le Média
Aller à : navigation, rechercher
(Déroulé du Journal)
 
(Une révision intermédiaire par le même utilisateur non affichée)
Ligne 14 : Ligne 14 :
  
 
== Déroulé du Journal ==
 
== Déroulé du Journal ==
<small>[[Aide:Extraction_du_Journal]]</small>
+
 
 +
* {{LienActualité|Actu : Présentation à l'Assemblée Nationale de la "loi sur la manipulation de l'information"}}
 +
* {{LienActualité|Actu : France Info révèle l'existence du "guide du rapporteur" de compte de campagne ... (mais pas plus)‎‎}}
 +
* {{LienActualité|Actu : Relaxe de la militante d'Attac Nicole Briend‎}}
 +
* {{LienActualité|Etat des lieux par Serge (Faubert) sur la grève des Cheminots et les questionnements des syndicats‎}}
 +
* {{LienActualité|Manifestions féministes au Chili, Dolorès (Bakèla) nous décrit la situation}}
 +
* {{LienActualité|Actu : Réussite de la grève de la faim du personnel de l’hôpital psychiatrique du Rouvray‎‎}}
 +
* {{LienActualité|Actu : Grève pour une opération "zéro chiffre d'affaire" au Monoprix‎‎}}
 +
* '''[[:Catégorie:La Météo Sociale‎|La Météo Sociale‎]]''' : {{LienActualité|La météo Sociale du 8 juin 2018|du 8 juin 2018}}
 +
** {{LienActualité|Marche des fiertés, en France, en Europe, dans le Monde‎‎}}
 +
* {{LienActualité|Actu : Mise en garde de la Cnil à propos des enceintes connectées arrivant dans nos foyers‎}}
 +
* {{LienActualité|Premières images de l'observatoire Meerlicht après son inauguration}}
  
 
== formulaire de création des informations ==
 
== formulaire de création des informations ==

Version actuelle datée du 17 juin 2018 à 19:09

< Jour précédent | Jour suivant >

0.00
(un vote)
Journal
Le Journal du vendredi 8 juin 2018 (Le Journal S1E95)


Déroulé du Journal

formulaire de création des informations



Prompteur

// GENERIQUE DEBUT


// Bonsoir à toutes et à tous. Il est 20h, c'est le Journal du Média, un journal qui vous est offert, vous le savez, par bientôt 20 000 citoyens français. Ce soir dans l'actualité, nous allons évoquer le dialogue de sourds de l'opposition parlementaire avec le gouvernement Macron autour de sa loi sur « la manipulation de l'information », c'est le nom officiel. On parlera aussi de ceux qui luttent, notamment dans les supermarchés. Et puis la lutte des cheminots qui n'est pas terminée : Serge est là pour nous en parler. Dolorès Bakela viendra aussi vous parler du mouvement des étudiantes chiliennes contre le harcèlement et les agressions sexuelles. Et puis on retrouvera Julie Maury et sa météo sociale hebdomadaire. On commence tout de suite...


// BUMPER ACTU


// Une longue soirée pour rien ou presque à l'Assemblée nationale hier... Deux projets de loi baptisés après une valse-hésitation « loi sur la manipulation de l'information » ont été présentés aux députés. Ces projets de loi, vous le savez, ont déjà été critiqués, déconstruits et dénoncés par des journalistes, leurs médias, des associations de défense des libertés, des avocats et des juristes, mais aussi bien sûr par une grande partie de l'opposition parlementaire, de gauche et de droite. La séance d'hier a duré huit heures et Virgine Cresci a sélectionné pour nous les moments les plus révélateurs d'une drôle d'ambiance... Regardez.


// VIDEO LOI FAKE NEWS A L'AN


// La discussion s'est terminée à une heure du matin, avec une nouvelle définition de la « fausse information », qui est devenue entretemps celle-ci : « Toute allégation ou imputation d'un fait, inexacte ou trompeuse, constitue une fausse information », ce qui peut être traduit par : toute information fausse est une fausse information... Mais rien de plus. Bref : il restait 157 amendements à examiner. La loi n'a pas été votée. Son examen a été reporté...


// Des nouvelles des comptes de campagne d'Emmanuel Macron maintenant... Ce matin, nos confrères de Franceinfo ont révélé l'existence d'un « guide du rapporteur » de la Commission de contrôle des comptes de campagne. On y lit que – ouvrez les guillemets – « la commission admet, en principe, que des rabais ou des remises puissent être accordés dans une limite maximale comprise entre 15 et 20% » – fermez les guillemets. Bien loin donc des 30 ou 75% dont a bénéficié le président élu... Sans commentaire.


// Et puis le tribunal de Carpentras a rendu un arrêt logique hier : il a tout simplement relaxé la militante d'Attac Nicole Briend (INSERT), qui était jugée pour avoir participé à une action symbolique de « fauchage » de trois chaises dans une agence BNP Paribas le 17 mars 2016. Souvenez-vous : Attac et d'autres associations avaient lancé ce type d'action non-violente après les révélations dites « Swissleaks » sur les grandes folies de l'évasion fiscale. Agée de 70 ans, Nicole Briend est une ancienne proviseure et elle est la troisième personne à être jugée pour des faits similaires. Le procureur avait requis 300 euros d'amende avec sursis pour « vol en réunion » et « refus de se soumettre au prélèvement ADN ». Le juge a donc estimé que cette dangereuse déliquante n'était en réalité qu'une femme de convictions qui exerçait ses droits de citoyenne.


// Et on reste dans le domaine des luttes, cette fois avec, comme on aime, un billet de notre camarade Serge Faubert, qui fait un point d'étape sur le mouvement des cheminots... Allons-y.


BUMPER BILLET


      • BILLET SERGE ***


// Merci beaucoup Serge... Pour s'aérer un peu, on part maintenant au Chili, avec un sujet de Dolorès Bakéla...


BUMPER MAG


// Salut Dolorès. (...)


      • FEMINISME AU CHILI (Dolorès + magnetos) ***


// Merci Dolorès... Le Chili a décidément la fibre révolutionnaire depuis longtemps. D'autres revendications maintenant, avec une page sociale... Et une très bonne nouvelle à l'hôpital psychiatrique du Rouvray près de Rouen... On vous en parlait cette semaine, le personnel était en grève depuis le 22 mars dernier et 7 agents hospitaliers étaient en grève de la faim depuis presque deux semaines. Trois d'entre eux ont été hospitalisés tour à tour en état d'épuisement physique et moral. Et cet après-midi (INSERT), après 18 jours de négociations, ils ont gagné. Ils demandaient la création de 52 nouveaux postes, indispensables selon eux, au bon fonctionnement de l'établissement. Ils en ont obtenu 30, ainsi que la création d'une unité pour la prise en charge des détenus, et une autre pour les adolescents. « C'est énorme et historique », a déclaré l'un des grévistes auprès de nos confrères de 76 Actus.


// En revanche, chez Monoprix, pas de prix bradés, mais des salariés payés au rabais... Horaires à rallonges, heures supplémentaires non payées, rémunérations au SMIC, conditions de travail déplorables, les salariés du Monoprix rue Saint-Antoine, à Paris (INSERT), n'en peuvent plus, et ils l'ont fait savoir. Dès 5 heures du matin, une trentaine d'employés d'un des plus importants magasins de l'enseigne a bloqué l'entrée de leur magasin, et la réception des marchandises, pour une opération baptisée « zéro chiffre d'affaires ». « On veut faire comprendre à Monoprix que les salariés ne sont pas des moins que rien » : c'est ce qu'a déclaré le délégue CGT Alain Tsamas. Et il a ajouté à bon droit : « C'est nous qui créons les profits » – fin de citation. Le mouvement de grève pourrait prendre de l'ampleur dans les semaines qui viennent, sachant surtout qu'un tiers des Monoprix en France risque d'être franchisé. Avec probablement des licenciements à la clé, selon les syndicats. Alors que plusieurs Carrefour Market et autres Carrefour Contact sont aussi en grève un peu partout en France, à l'évidence le commerce de proximité va mal. Pensez-y la prochaine fois que vous vous trouvez à la caisse de votre supermarché...


// C'est une très bonne occasion d'accueillir Julie, et sa désormais célèbre Météo sociale...


BUMPER METEO SOCIALE


// Salut Julie. Je me suis laissé dire que cette semaine, comme on est au mois de juin, on allait parler des Marches des fiertés... Et tu commences par une petite histoire personnelle...


// JULIE : Aujourd’hui j’ai envie de vous parler de mes voisins. Plus précisément de mes voisins de l’immeuble d’en face. En 2013, lors des débats sur le mariage pour tous, ces voisins ont changé le nom de leur wifi en « Non_au_Mariage_Gay ». Véridique. (INSERT CAP ECRAN WIFI) En réponse à ce message à caractère revendicatif, les voisins des immeubles alentours ont à leur tour renommé leur wifi. Certains étaient très clairs comme « Oui_au_Mariage_pour_Tous » ou « Oui_A_Légalité_des_Droits », et d’autres étaient assez drôles comme « Le_Secret_De_Brokeback_Mountain », «Oui_A_Laurent_Ruquier_sur_Toutes_Les_Chaines » ou encore «Etre_Bisexuel_cest_Avoir_Plus_De_Chances_le_Samedi_Soir ». Sans le savoir, mes voisins d’en face ont créé un dialogue par wifi interposé. Comme quoi, la lutte est partout.


Je vous raconte cette anecdote car on est en juin, et le mois de juin, c’est le mois des Gay Prides, ou marches des fiertés.


Depuis plus de 40 ans, des dizaines de milliers de citoyens, qu’ils soient gays, lesbiennes, bis, trans, intersexes, queers, hétéros, marchent dans une ambiance festive, joyeuse et forcément politique, pour l’égalité des droits, contre les discriminations, et pour dire aux gens qui se découvrent LGBT qu’ils ne sont pas seuls !


N’oublions pas que dans notre civilisation judéo-chrétienne, les personnes homosexuelles étaient sensées se cacher et avoir honte de ce qui était considéré à l’époque, comme une maladie psychiatrique. (L’Organisation Mondiale de la Santé a retiré l’homosexualité de la liste des maladies mentales en 1973 aux Etats-Unis et en 1992, en France.)


Et on pourrait penser, en tout cas en France, que ce combat de société avance, que là où il y a 30 ans les militants gays luttaient pour une dépénalisation et une démédicalisation de leur sexualité, aujourd’hui les revendications concernent, entre autres, le droit au mariage et à l’adoption, notamment avec le débat actuel sur la PMA (qui est, rappelons-le, une promesse de campagne d’Emmanuel Macron).


Le festival de Cannes également, programme de plus en plus de films (INSERT AFFICHES DE FILMS) sur les questions liées au genre et à l’homosexualité, ils ont été particulièrement nombreux cette année.


// LEONARD : Il y a eu également une avancée majeure au sein de l’UE le 5 juin dernier.


//JULIE : Oui désormais, suite à un arrêt de la Cour de justice de l’Union européenne, le conjoint homosexuel d’un Européen a droit à un droit de séjour dans toute l’UE, quelle que soit sa nationalité, et y compris si le pays ne reconnaît pas les unions entre les personnes de même sexe.


//LEONARD : Et pourtant malgré ces avancées, les violences homophobes augmentent.


//JULIE : oui c’est ce que nous a appris le rapport annuel de l’association SOS Homophobie, publié en mai dernier : en 2017, les témoignages d’actes LGBT phobes signalés à SOS Homophobie ont augmenté de 4,8%. Une nouvelle année de hausse après l’augmentation de 19,5% en 2016. Cette hausse peut s’expliquer, c’est ce qui est dit dans le rapport, par la libération de la parole des victimes et la persistance d’un discours public LGBT phobe, nourri par des organisations conservatrices et leurs relais, dans le contexte électoral de l’année 2017.


Tout ça pour dire que, les Gay Prides, organisées un peu partout dans les pays occidentaux, sont des évènements majeurs qui permettent de ne pas « banaliser » ce combat pour l’égalité des droits. De montrer que cette lutte est toujours terriblement actuelle.


Et la Gay Pride, si on traduit ; « fierté homosexuelle », ne signifie pas tant être « fier » d’une orientation sexuelle quel qu’elle soit, mais surtout le refus de toute assimilation à la honte. Et le contraire de la honte, c’est la fierté.


C’est pourquoi les marches des fiertés sont des grandes fêtes. Certains diront avec mépris que ce n’est rien d’autre qu’un carnaval grossier et caricatural, mais il s’agit en réalité de se donner une « extrême » visibilité, si on peut dire, et de montrer une immense joie de vivre collective, en réponse au mal-être et à l’isolement que peuvent engendrer des discours et des violences LGBT phobes.


La France propose plus d’une vingtaine de Gay Pride.


Certaines ont déjà eu lieu, notamment à Angers et Grenoble le 26 mai, à Bordeaux, Caen, Le Mans, Lille, Nancy et Poitiers le 2 juin. Demain ce sera au tour d’Arras, Gap, Metz, Nantes, Strasbourg et Toulouse, samedi prochain Lyon, Rennes, Rouen et Tours, et le 30 juin, ce sont les rues de Biarritz et Paris qui seront aux couleurs de l’arc-en-ciel.


// LEONARD : Alors si on « dézoome » un peu, il y a un pays où les Gay Pride vont être particulièrement utiles cette année.


// JULIE : Oui il s’agit de l’Italie, avec 20 marches organisées entre fin mai et début août. Celles de Rome et Naples, qui s’imposent comme les plus intéressantes, auront lieu respectivement demain (le 9 juin) et le 14 juillet. Ces marches sont d’autant plus essentielles que Lorenzo Fontana, le nouveau ministre de la famille, membre de la Ligue et ardent adversaire du mariage homosexuel et de l’avortement, a déclaré le soir de son investiture que « La famille naturelle est attaquée et que les homosexuels veulent nous dominer et effacer notre peuple ». Rappelons que l’Italie a adopté l’union civile homosexuelle en 2016.


Et plus globalement de juin à août, les rues de dizaines de villes européennes se pareront des couleurs de l’arc-en-ciel, en Espagne avec une quinzaine de Gay Pride organisées dans tout le pays, en Suisse des marches sont organisées à Zurich du 8 au 17 juin, en Belgique, la gay pride de Bruxelles a eu lieu en mai, celle d’Anvers aura lieu début août. L’Allemagne en organise près d’une cinquantaine ! Les pays Bas également, le Royaume-Uni, l’Irlande, le Danemark, la Grèce, l’Autriche…


//LEONARD : Dézoomons encore un peu plus : les grandes villes des Etats-Unis ont toutes leur Gay Pride...


//JULIE : Oui et les 5 considérées comme incontournables sont celles de New York, profondément enracinée dans l’histoire, suite aux émeutes de Stonewall en 1969, celles de Washington, Denver, Key West en Floride et surtout, celle de San Francisco, l’une des plus célèbres au monde et qui attire plus d’un million de visiteurs chaque année. Mexico City a sa Gay Pride, elle aura lieu le 25 juin, au Brésil, c’est surtout à Sao Paulo que ça se passe : il s’agit de la plus grande gay pride du monde. 3 millions de gens ont battu le pavé le 3 juin dernier, en Colombie, c’est plus confidentiel, mais nous sommes passés de 32 personnes en 1982 à environ 1500 personnes pour la Gay Pride de Bogota, qui aura lieu cette année, le 28 juin. Les Gay Pride se multiplient et ont lieu un peu partout dans le monde, notamment en Asie, où les plus grosses parades se passent à Taipeï fin octobre, à Bangkok en novembre, et aussi à Hong Kong, où la première Pride Parade a eu lieu en 2008 et où l’homosexualité a été dépénalisée en 1991.


En Afrique, plus précisément en Namibie 150 personnes ont défilé l’année dernière pour la première fois dans les rues de la capitale pour revendiquer une meilleure protection légale pour les gays, lesbiennes, bisexuels et transgenres. En Ouganda, 4 Gay Pride ont eu lieu, mais celles de 2016 et 2017 ont été annulées à cause des pressions politiques et policières.


Rappelons que des pays, encore aujourd’hui, condamnent les personnes homosexuelles de la peine capitale comme l’Iran, le Soudan, l’Arabie Saoudite, le Yémen et la Somalie. Dans d’autres pays, la Syrie et l’Irak, ce sont des acteurs non gouvernementaux comme Daech qui opèrent les exécutions. Bon il est difficile dans le cadre de la météo sociale de lister toutes les horreurs dont sont victimes les LGBT aujourd’hui, comme en Tchétchénie où le président Kadyrov a notamment déclaré l’année dernière « qu’il faut se débarrasser des gays pour purifier le sang tchétchène ».


Même si les avancées pour l’égalité des droits sont considérables, c’est pour lutter contre les discriminations que les Gay Pride sont indispensables. Ce sont des évènements qui permettent de célébrer nos différences et de faire entendre nos revendications pour l’égalité. Comme l’a dit Harvey Milk, première personne ouvertement homosexuelle à être élue à un poste officielle en Californie et assassiné 11 mois plus tard : L’espoir ne sera jamais silencieux.


// LEONARD : Merci Julie. A la semaine prochaine ?


// Réjouissez-vous, peuple de France, la toute nouvelle enceinte connectée d’Amazon, Écho, vient de sortir. Alors je vous le rappelle quand même, les enceintes connectées sont des espèces d’assistants quotidiens qui sont censées vous aider dans votre vie de tous les jours (INSERT) : demandez-lui quel temps il va faire aujourd’hui ou comment s’appelle le chien d’Emmanuel Macron, et Alexa, l’intelligence artificielle développée par Amazon, vous répondra en moins d’une seconde... On peut s’interroger sur le sens du nombre grandissant d’objets connectés dans nos maisons, on peut se répéter que les paroles s'envolent et les écrits restent. Eh bien non, cette fois, c'est très post-moderne : avec Alexa, la parole, votre parole lorsque vous lui posez une question, est sauvegardée sur un serveur Amazon. Toutes vos interactions sont enregistrées, c’est pourquoi la CNIL met les citoyens en garde et parle de « monétisation de l’intime » (c'est joli), car il est possible que les éléphants industriels comme Amazon ou Google revendent vos données à des entreprises... Et vive le « big data » ! Et d'ailleurs en parlant de Google, en octobre dernier, un journaliste américain qui testait l’enceinte Google Home s’est rendu compte qu’elle enregistrait toutes ses conversations, sans pourtant avoir été activée, et qu'elle les envoyait ensuite directement à Google...


// Avant de se quitter, je vous propose un voyage dans le ciel, avec des photographies de galaxies, des petits et grands nuages de Magellan, de la Voie lactée et de l'Amas du Fourneau (INSERT). Il s'agit des premières images prises par l'observatoire Meerlicht, en Afrique du sud, lors de son inauguration le 25 mai dernier. Pourquoi vous montrer ces images ? Parce que ce telescope fait partie d'un dispositif innovant, une première mondiale. Il est associé à Meerkat, un autre telescope situé à 200 kilomètres, qui lui enregistrera les ondes radio venus de l'espace profond. Ce double télescope sera le plus grand radiotelescope en activité, avec pour mission d'observer des supernovas, c'est-à-dire des implosions d'étoiles en fin de vie... Pour la petite histoire, je précise que Meerlicht, en allemand, ça veut dire « Plus de lumière », et on dit que ce seraient les derniers mots prononcés par Goethe sur son lit de mort en demandant d'ouvrir un peu la fenêtre. Mais c'est aussi une expression populaire pour demander « plus de savoir, plus de connaissances »...


// C'est la fin de ce Journal, merci de rester fidèle au Média. Pour nous permettre de continuer à vous proposer des lectures différentes de l'information, devenez socio et aidez-nous à recruter de nouveaux socios. Et puis vous connaissez les petits gestes qui nous soutiennent : abonnez-vous à notre chaîne YouTube, cliquez sur les pouces... Et retrouvez-nous lundi à 20h avec un nouveau Journal. D'ici là, bonne soirée, bon week-end et continuez à refuser de baisser les yeux...


// GENERIQUE FIN


Fichier de sous-titres

Sous-titres

Aide:Sous-titrage