Marche des fiertés, en France, en Europe, dans le Monde : Différence entre versions

De Le Média
Aller à : navigation, rechercher
 
Ligne 13 : Ligne 13 :
 
| Lieu = Monde
 
| Lieu = Monde
 
| Id Wikidata du lieu =
 
| Id Wikidata du lieu =
 +
| Date de l'événement = 08/06/2018
 
| Latitude =  
 
| Latitude =  
 
| Longitude =  
 
| Longitude =  

Version actuelle datée du 17 juin 2018 à 18:23

Aller à la page du journal

Marche des fiertés, en France, en Europe, dans le Monde
Information
Date 08 juin 2018
Lieu Monde
Date de diffusion 08 juin 2018

Prompteur

Salut Julie. Je me suis laissé dire que cette semaine, comme on est au mois de juin, on allait parler des Marches des fiertés... Et tu commences par une petite histoire personnelle...

JULIE : Aujourd’hui j’ai envie de vous parler de mes voisins. Plus précisément de mes voisins de l’immeuble d’en face. En 2013, lors des débats sur le mariage pour tous, ces voisins ont changé le nom de leur wifi en « Non_au_Mariage_Gay ». Véridique. (INSERT CAP ECRAN WIFI) En réponse à ce message à caractère revendicatif, les voisins des immeubles alentours ont à leur tour renommé leur wifi. Certains étaient très clairs comme « Oui_au_Mariage_pour_Tous » ou « Oui_A_Légalité_des_Droits », et d’autres étaient assez drôles comme « Le_Secret_De_Brokeback_Mountain », «Oui_A_Laurent_Ruquier_sur_Toutes_Les_Chaines » ou encore «Etre_Bisexuel_cest_Avoir_Plus_De_Chances_le_Samedi_Soir ». Sans le savoir, mes voisins d’en face ont créé un dialogue par wifi interposé. Comme quoi, la lutte est partout.

Je vous raconte cette anecdote car on est en juin, et le mois de juin, c’est le mois des Gay Prides, ou marches des fiertés.

Depuis plus de 40 ans, des dizaines de milliers de citoyens, qu’ils soient gays, lesbiennes, bis, trans, intersexes, queers, hétéros, marchent dans une ambiance festive, joyeuse et forcément politique, pour l’égalité des droits, contre les discriminations, et pour dire aux gens qui se découvrent LGBT qu’ils ne sont pas seuls !

N’oublions pas que dans notre civilisation judéo-chrétienne, les personnes homosexuelles étaient sensées se cacher et avoir honte de ce qui était considéré à l’époque, comme une maladie psychiatrique. (L’Organisation Mondiale de la Santé a retiré l’homosexualité de la liste des maladies mentales en 1973 aux Etats-Unis et en 1992, en France.)

Et on pourrait penser, en tout cas en France, que ce combat de société avance, que là où il y a 30 ans les militants gays luttaient pour une dépénalisation et une démédicalisation de leur sexualité, aujourd’hui les revendications concernent, entre autres, le droit au mariage et à l’adoption, notamment avec le débat actuel sur la PMA (qui est, rappelons-le, une promesse de campagne d’Emmanuel Macron).

Le festival de Cannes également, programme de plus en plus de films (INSERT AFFICHES DE FILMS) sur les questions liées au genre et à l’homosexualité, ils ont été particulièrement nombreux cette année.

LEONARD : Il y a eu également une avancée majeure au sein de l’UE le 5 juin dernier.

JULIE : Oui désormais, suite à un arrêt de la Cour de justice de l’Union européenne, le conjoint homosexuel d’un Européen a droit à un droit de séjour dans toute l’UE, quelle que soit sa nationalité, et y compris si le pays ne reconnaît pas les unions entre les personnes de même sexe.

LEONARD : Et pourtant malgré ces avancées, les violences homophobes augmentent.

JULIE : oui c’est ce que nous a appris le rapport annuel de l’association SOS Homophobie, publié en mai dernier : en 2017, les témoignages d’actes LGBT phobes signalés à SOS Homophobie ont augmenté de 4,8%. Une nouvelle année de hausse après l’augmentation de 19,5% en 2016. Cette hausse peut s’expliquer, c’est ce qui est dit dans le rapport, par la libération de la parole des victimes et la persistance d’un discours public LGBT phobe, nourri par des organisations conservatrices et leurs relais, dans le contexte électoral de l’année 2017.

Tout ça pour dire que, les Gay Prides, organisées un peu partout dans les pays occidentaux, sont des évènements majeurs qui permettent de ne pas « banaliser » ce combat pour l’égalité des droits. De montrer que cette lutte est toujours terriblement actuelle.

Et la Gay Pride, si on traduit ; « fierté homosexuelle », ne signifie pas tant être « fier » d’une orientation sexuelle quel qu’elle soit, mais surtout le refus de toute assimilation à la honte. Et le contraire de la honte, c’est la fierté.

C’est pourquoi les marches des fiertés sont des grandes fêtes. Certains diront avec mépris que ce n’est rien d’autre qu’un carnaval grossier et caricatural, mais il s’agit en réalité de se donner une « extrême » visibilité, si on peut dire, et de montrer une immense joie de vivre collective, en réponse au mal-être et à l’isolement que peuvent engendrer des discours et des violences LGBT phobes.

La France propose plus d’une vingtaine de Gay Pride.

Certaines ont déjà eu lieu, notamment à Angers et Grenoble le 26 mai, à Bordeaux, Caen, Le Mans, Lille, Nancy et Poitiers le 2 juin. Demain ce sera au tour d’Arras, Gap, Metz, Nantes, Strasbourg et Toulouse, samedi prochain Lyon, Rennes, Rouen et Tours, et le 30 juin, ce sont les rues de Biarritz et Paris qui seront aux couleurs de l’arc-en-ciel.

LEONARD : Alors si on « dézoome » un peu, il y a un pays où les Gay Pride vont être particulièrement utiles cette année.

JULIE : Oui il s’agit de l’Italie, avec 20 marches organisées entre fin mai et début août. Celles de Rome et Naples, qui s’imposent comme les plus intéressantes, auront lieu respectivement demain (le 9 juin) et le 14 juillet. Ces marches sont d’autant plus essentielles que Lorenzo Fontana, le nouveau ministre de la famille, membre de la Ligue et ardent adversaire du mariage homosexuel et de l’avortement, a déclaré le soir de son investiture que « La famille naturelle est attaquée et que les homosexuels veulent nous dominer et effacer notre peuple ». Rappelons que l’Italie a adopté l’union civile homosexuelle en 2016.

Et plus globalement de juin à août, les rues de dizaines de villes européennes se pareront des couleurs de l’arc-en-ciel, en Espagne avec une quinzaine de Gay Pride organisées dans tout le pays, en Suisse des marches sont organisées à Zurich du 8 au 17 juin, en Belgique, la gay pride de Bruxelles a eu lieu en mai, celle d’Anvers aura lieu début août. L’Allemagne en organise près d’une cinquantaine ! Les pays Bas également, le Royaume-Uni, l’Irlande, le Danemark, la Grèce, l’Autriche…

LEONARD : Dézoomons encore un peu plus : les grandes villes des Etats-Unis ont toutes leur Gay Pride...

JULIE : Oui et les 5 considérées comme incontournables sont celles de New York, profondément enracinée dans l’histoire, suite aux émeutes de Stonewall en 1969, celles de Washington, Denver, Key West en Floride et surtout, celle de San Francisco, l’une des plus célèbres au monde et qui attire plus d’un million de visiteurs chaque année. Mexico City a sa Gay Pride, elle aura lieu le 25 juin, au Brésil, c’est surtout à Sao Paulo que ça se passe : il s’agit de la plus grande gay pride du monde. 3 millions de gens ont battu le pavé le 3 juin dernier, en Colombie, c’est plus confidentiel, mais nous sommes passés de 32 personnes en 1982 à environ 1500 personnes pour la Gay Pride de Bogota, qui aura lieu cette année, le 28 juin. Les Gay Pride se multiplient et ont lieu un peu partout dans le monde, notamment en Asie, où les plus grosses parades se passent à Taipeï fin octobre, à Bangkok en novembre, et aussi à Hong Kong, où la première Pride Parade a eu lieu en 2008 et où l’homosexualité a été dépénalisée en 1991.

En Afrique, plus précisément en Namibie 150 personnes ont défilé l’année dernière pour la première fois dans les rues de la capitale pour revendiquer une meilleure protection légale pour les gays, lesbiennes, bisexuels et transgenres. En Ouganda, 4 Gay Pride ont eu lieu, mais celles de 2016 et 2017 ont été annulées à cause des pressions politiques et policières.

Rappelons que des pays, encore aujourd’hui, condamnent les personnes homosexuelles de la peine capitale comme l’Iran, le Soudan, l’Arabie Saoudite, le Yémen et la Somalie. Dans d’autres pays, la Syrie et l’Irak, ce sont des acteurs non gouvernementaux comme Daech qui opèrent les exécutions. Bon il est difficile dans le cadre de la météo sociale de lister toutes les horreurs dont sont victimes les LGBT aujourd’hui, comme en Tchétchénie où le président Kadyrov a notamment déclaré l’année dernière « qu’il faut se débarrasser des gays pour purifier le sang tchétchène ».

Même si les avancées pour l’égalité des droits sont considérables, c’est pour lutter contre les discriminations que les Gay Pride sont indispensables. Ce sont des évènements qui permettent de célébrer nos différences et de faire entendre nos revendications pour l’égalité. Comme l’a dit Harvey Milk, première personne ouvertement homosexuelle à être élue à un poste officielle en Californie et assassiné 11 mois plus tard : L’espoir ne sera jamais silencieux.

LEONARD : Merci Julie. A la semaine prochaine ?

Marche des fiertés, en France, en Europe, dans le Monde

Sources