Le Journal du mercredi 17 janvier 2018 (Le Journal S1E3)

De Le Média
Aller à : navigation, rechercher

< Jour précédent | Jour suivant >

4.33
(3 votes)
Journal
Le Journal du mercredi 17 janvier 2018 (Le Journal S1E3)

Déroulé du Journal


Prompteur

Nous sommes le 17 janvier 2018. Le 20h s’est échappé de la télé, vous regardez le Journal du Média, bonsoir à tous /////// Ce soir nous vous parlerons notamment de Peugeot PSA, et de rupture conventionnelle. Et puis comme tous les mercredis, vous retrouverez Alexis Poulin pour sa chronique Européenne. Aujourd’hui Alexis, le SPD, les socio démocrates allemands, s’écharpent sur fond d’accord de gouvernement avec les conservateurs d’Angela Merkel. Mais évidemment l’information du jour c’est Notre Dame des Landes l’abandon du chantier de l’aéroport près de Nantes, après plus de années de lutte et d’occupation des lieux. On va en parler avec toi Serge.

SERGE : Oui ce qui nous intéresse c’est la deuxième étape On voit ça tout de suite après les premières infos. ////////

1 La Société Générale en redressement fiscal. Et pas qu’un peu : la banque doit 2,2 milliards d’euros. C’est le dernier épisode du feuilleton Jérôme Kerviel et c’est une information du Canard enchaîné, paru ce matin. Cette coquette somme correspond en fait au crédit d'impôt qui avait été accordé à la société générale en 2009 et 2010, au titre du régime fiscal dont peuvent bénéficier les entreprises victimes de fraudes. Oui mais voilà… entre temps, dans ce long feuilleton, l’ancien trader n'est plus jugé seul responsable, et l’on sait désormais que la banque a eu sa part de défaillances. Le cadeau fiscal n’était donc pas justifié. En théorie il va falloir rendre l’argent, maintenant. ////////


2- En Espagne, la Catalogne aura-t-elle un président hologramme ? Sans surprise, c’est Rogère Torrente, un indépendantiste qui a été désigné par ses collègues députés à la tête du Parlement catalan, renouvelé en décembre dernier. C’est un signal fort en faveur de Carlès Puigdemont, l’ancien président de la Région, initiateur du référendum d’auto-détermination violemment rejeté par le gouvernement espagnol. En exil à Bruxelles, il pourrait malgré tout être investi à nouveau à la tête de la Région. Madrid a prévenu : un tel cas de figure serait considéré comme une provocation. Elle entraînerait un maintien de la tutelle sur la Catalogne. ///////


3- C’est souvent dans le pire qu’il est le meilleur. Donald Trump suspend la moitié de l’aide des Etats-Unis à l’agence de l’ONU pour les réfugiés palestiniens. 65 millions d’euros en moins pour cette année, c’est un manque colossal pour cette agence de l’ONU qui s’occupe autant de l’éducation que des hôpitaux dans la bande de Gaza notamment. Son directeur déplore déjà la plus grande crise financière de l’agence depuis sa création, en 1949 ////////


4- C’est le 3e féminicide depuis le début de l’année 2018 et nous ne sommes que le 17 janvier. Ça s’est passé près de Lyon dans la nuit de lundi à mardi. Nous n’avons pas son prénom parce qu’elle était mineure. C’était une adolescente de 15 ans. Elle est morte poignardée par son petit ami ////////


5- Et puis signalons l’excellente enquête de nos confrères et partenaires de Reporterre qui révèle que le ministère de la Transition écologique, a demandé à RTE, l’entreprise qui gère le réseau public de transport d'électricité, d’écarter d’emblée les scénarios d’une sortie rapide du nucléaire. A lire, donc sur le site de Reporterre, reporterre.net /////

BUMPER



PLATO SERGE Serge Faubert, comme prévu on revient tout de suite sur Notre Dame des Landes. L’évacuation a été annoncée. Tu nous parles de la stratégie du gouvernement. Une stratégie que tu trouves risquée… Le gouvernement a donc décidé d’abandonner la construction d’un aéroport à Notre-Dame-des-Landes. Cette vaste "zone d'aménagement différée" de 1.600 hectares, rebaptisée "zone à défendre" par les opposants, est actuellement occupée par 150 à 200 personnes Le 1er ministre, Edouard Philippe, a expliqué qu’il s’agissait d’une décision« d’apaisement » après avoir constaté que « les conditions ne sont pas réunies pour mener à bien le projet » au regard d’un « contexte exacerbé d’opposition ». Pour le gouvernement il est essentiel que cette décision n’apparaisse pas comme une victoire de la ZAD. D’abord, parce ce que serait prêter le flanc aux accusations de faiblesse de la droite, en l’occurrence le sénateur LR Bruno Retailleau et Laurent Wauquiez Ensuite, par crainte d’une contagion : Notre-Dame-des-Landes n’est pas la seule ZAD de France. Il y a, par exemple, Bure dans la Meuse . Ou le projet de Center Parcs de Roybon, dans l'Isère, Pour autant, il n’est pas question de rouler du muscle. De rééditer, par exemple, l’opération Cesar en octobre 2012 où plusieurs milliers de gendarmes n’étaient pas parvenus à expulser les occupants de la ZAD au terme de 3 semaines d’affrontements. Car des scènes de guérilla ne manqueraient pas de provoquer une exacerbation de l’opinion : une partie réclamerait un usage accru de la force tandis que l’autre se solidariserait chaque jour davantage avec les zadistes. Ce qui rendrait impossible le maintien de Nicolas Hulot au gouvernement.

RELANCE AUDE Et puis il y a un précédent. On se souvient de Rémy Fraisse, militant pacifiste mort à cause d’une grenade offensive également dans une ZAD. C’était celle du barrage de Sivens dans le Tarn en 2014.

Tout à fait. Le gouvernement a donc opté pour la méthode des ultimatums étalés dans le temps : Premier ultimatum, la libération des 3 routes qui traversent la ZAD dans les prochains jours, et en tous cas avant le 8 février. Principalement la route départementale 281.

Ce qui ne devrait pas être un obstacle insurmontable. L’ACIPA, la coordination des opposants, indiquait dans un communiqué en début d’après-midi que : En ce qui concerne la question de la réouverture de la route D281 (…) le mouvement s'engage à y répondre lui-même. La présence ou l'intervention policières ne feraient donc qu’envenimer la situation. Deuxième ultimatum, le départ volontaire des occupants d’ici le printemps. De fait, la trêve hivernale empêche l’évacuation des bâtiments en dur avant le 31 mars 2018.

RELANCE AUDE Il semble que la porte reste ouverte à une régularisation de certains occupants. Le Premier ministre a en effet indiqué que « de nouveaux projets agricoles seraient acceuillis. » sur la ZAD Exactement. Edouard Philippe fait ainsi écho aux propositions de José Bové qui, ces dernières semaines préconisait de s’inspirer du précédent du Larzac où les paysans ont pu s’installer sur les terres libérées par l’armée. L’idée générale du gouvernement est de saucissonner le mouvement zadiste en distinguant agriculteurs alternatifs et militants politiques Gérard Collomb expliquait il y a quelques jours que que la ZAD "sera en tout cas évacuée des éléments les plus radicaux", "Ce que nous voulons, c'est lui donner un autre avenir. Il y a toute une série de gens qui ont des projets sur la ZAD, donc qui sont prêts le cas échéant à pouvoir faire autre chose". Saucissonnage géographique également avec l’installation de barrages filtrants de gendarmerie tout autour de la ZAD. L’obsession du gouvernement est d’éviter que ne s’agrège aux occupants de la ZAD la mobilisation des miliers et des milliers de personnes qui se sont opposés à l’aéroport. Or, justement, un grand rassemblement est prévu pour le 10 février à Notre-Dame-des-Landes. Pour éviter cette extension de la lutte, 400 gendarmes (soit 7 escadrons) vont se déployer dès demain pour contrôler les accès. C’est donc sur un pourrissement contrôlé de la situation que mise le gouvernement. Au final il espère qu’il ne restera qu’une poignée de personnes à expulser.

RELANCE AUDE Et si ce scénario dérape ? S’il y a des escarmouches ?

Eh bien, le gouvernement aura beau jeu d’en faire porter la responsabilité aux zadistes.

La bataille qui s’engage est donc d’abord une bataille de communication dans laquelle les images vont jouer un rôle essentiel. Et aussi, n’en doutons pas, quelques bobards et autres fake news.

PIED AUDE Merci Serge. Un appel aux socios. Si vous êtes sur place, à Notre Dame des Landes, n’hésitez pas à nous envoyer vos images, vos vidéos. Tout est expliqué sur notre site à la rubrique correspondants citoyens. On vous en remercie.

La suite de l’actualité, en bref




6- En Ethiopie, plus de 500 prisonniers politiques libérés aujourd'hui, dont le célèbre opposant oromo Méréré Goudina. Ce professeur d'université avait été arrêté au retour d'un séjour à Bruxelles. Séjour lors duquel il avait partagé une tribune avec des députés européens, mais aussi avec d’autres opposants plus radicaux, entretenant des liens avec le « frère ennemi » érythréen.

Rappelons qu'une vague d'arrestations et de répression meurtrière avait été la seule réponse du gouvernement fédéral aux manifestations des Oromos, ces 2 dernières années.

Cette vague de libération était une promesse du Premier ministre éthiopien pour répondre à la grave crise politique qui déstabilise, depuis, la coalition au pouvoir.


7- Perquisitions en série chez Lactalis. Le scandale du lait contaminé aux salmonelles continue. Une enquête préliminaire a été ouverte le 22 décembre dernier pour “tromperie aggravée par le danger pour la santé humaine.” Au total, cinq sites du groupe ont été simultanément perquisitionnés, dont le siège du géant laitier à Laval et l’usine de Craon en Mayenne, où la contamination des laits pour bébé a été découverte. La question des moyens alloués à la direction générale de la répression des fraudes refait naturellement surface. Le nombre d’agents est passé de 3 800 en 2002 à 2 800 aujourd’hui. En Mayenne, où se trouve l’usine mise en cause, les contrôleurs étaient 14 il y a quelques années, ils ne sont plus que 6, selon le syndicat Solidaires.


8- Le CSA a finalement décidé d'engager une "procédure" pour décider du maintien de Mathieu Gallet à la tête de Radio France. L'actuel PDG a été reconnu coupable lundi de «favoritisme» lorsqu’il était à la tête de l’INA.





On retrouve Serge sur le front social, pour parler de PSA. Le groupe est florissant, il affiche d’excellents résultats et en même temps il va licencier en s’appuyant sur une astuce offerte par Emmanuel Macron et ses ordonnances. Tu as un invité pour nous expliquer tout ça.

PLATO SERGE + INVITÉ Le groupe PSA affiche d’excellents résultats commerciaux pour 2017. Une progression de 15,4% Dans le même temps, on apprenait la semaine passée que le groupe entend se séparer de 1300 collaborateurs grace à la rupture conventionnelle collective, cette nouvelle disposition du code du travail introduite par les ordonnances et qui est entrée en vigueur au 1 er janvier.

Pour comprendre ce qui se passe à PSA, nous recevons ce soir Jean-Pierre Mercier, le délégué CGT pour tout le groupe PSA. Entré dans le groupe, voici 22 ans, il en connaît tous les ressorts. Première question serge.

…/…

RELANCE Aude.

Jean-Pierre Mercier, faut-il craindre que, désormais, les ruptures conventionnelles collectives prennent le pas sur les plans de sauvegarde de l’emploi et permettent ainsi aux grands groupes de réduire à volonté leurs effectifs sans aucune justification éco ?

Merci Jean Pierre Mercier. ////////// 9- Suite de l’actualité Manifestations aujourd’hui en Pologne. Les organisations féministes et de défense du droit à l’avortement appelaient à un mercredi noir. Des défilés sont organisées dans plusieurs villes pour tenter de contrer l’adoption d’un texte de loi… Le très conservateur gouvernement polonais s’apprête à interdire l’avortement encas de malformation du fœtus, une interruption de grossesse qu’il qualifie d’ « eugénique » Si cet amendement passe, l'IVG ne sera plus autorisée que dans deux cas de figure : en cas de risque pour la vie ou la santé de la mère et en cas de grossesse après un viol ou un inceste. Je rappelle que nous fêtons aujourd’hui, en France, les 43 ans de la loi Veil... /////////


10 « On ne peut plus ignorer les enfants nés par GPA », C’est l’appel lancé par 110 personnes dans une intéressante tribune dans le Monde. Parmi elles, la philosophe Élisabeth Badinter, l'écrivaine Annie Ernaux, l'humoriste Muriel Robin, ou encore le gynécologue obstétricien François Olivennes. Alors que les états généraux de la bioéthique s’ouvrent demain les signataires demandent que la question de la gestation pour autrui soit abordée lors des débats. /////////





LANCEMENT ALEXIS C’est l’heure de notre chronique européenne. Ce sera chaque mercredi avec Alexis Poulin. Bonsoir Alexis. Tu nous parles des Allemands

CHRONIQUE ALEXIS

ALLEMAGNE : ANNEE ZERO, ANNEE GROKO

Alors ça y est ! La GROKO arrive! La « Grosse Koalition ». Angela Merkel a enfin trouvé un compromis avec son rival de toujours Martin Shulz pour former un gouvernement de coalition et proposer selon elle « une nouvelle politique ».

Une nouvelle politique? Surtout de vieilles recettes. Cette même coalition était au pouvoir de 2013 à 2017 et à conduit à la déroute électorale du SPD.

Compte tenu des scores du SPD aux élections de septembre l’accord enchante peu les militants.

Selon un sondage du journal « Der Spiegel », seuls 41,9 % des sympathisants socio-démocrates approuvent le nouvel accord avec les conservateurs. Le programme de la future alliance a été résumé dans un texte de 28 pages qui détaille les grandes lignes politique et n'enthousiasme que 35,8 % des sondés, contre 49,7 % qui la jugent « négative ou très négative ».

En amont du congrès des délégués du SPD prévu dimanche à Bonn pour ratifier le texte de l’accord, plusieurs tenors du parti ont déjà dénoncé l’accord.

Ainsi, le **maire SPD de Berlin, Michael Müller**, s'est dit «très critique» à l'idée d'une nouvelle coalition avec le centre-droit. Après le scrutin législatif de septembre, «refaire la même coalition avec la même politique ne constitue pas la réponse appropriée».

La dirigeante de l'État de Rhénanie-Palatinat, **Malu Dreyer,** a dénoncé la politique migratoire prévue par l'accord, qui répond aux attentes des conservateurs de la CSU en plafonnant à environ 200 000 par an le nombre de demandeurs d'asile autorisés en en limitant le droit au regroupement familial à 1 000 personnes par mois.

Et la fédération SPD de Saxe Anhalt s’est prononcé par vote contre l’idée d’une coalition avec d’une grande coalition pourtant défendue par Shulz et les instances dirigeantes du parti.

RELANCE - Mais de quoi est-il question dans ce texte d’accord ?

L’Europe d’abord y est en pole position :

Le texte stipule que l’Allemagne ne peut être forte que si l’Europe est forte et insiste sur la nécessité de donner** un nouvel élan à l’Europe**, avec l’aide de la France :

« Le renouveau de l’UE n’aura lieu que si l’Allemagne et la France unissent leurs forces. C’est pourquoi nous voulons renforcer et renouveler la coopération franco-allemande. **Un nouveau traité de l’Elysee **est un premier pas important dans cette direction. En particulier, l’Allemagne et la France doivent également jouer un rôle moteur en matière d’innovation et le démontreront dans des projets tels que la recherche sur l’intelligence artificielle. Nous voulons élaborer des positions communes sur toutes les questions importantes de la politique européenne et internationale et montrer la voie dans les domaines où l’UE à 27 États membres n’est pas en mesure d’agir. »

Le document fixe comme objectif le renforcement et la réforme de la zone euro afin qu’elle puisse mieux répondre aux crises futures. Il est ainsi proposé de transformer le mécanisme européen de stabilité en un Fonds monétaire européen contrôlé par le Parlement, sorte de FMI Européen.

Le texte valide la proposition de Macron d’un budget de la zone Euro. Ce budget aurait trois missions: intervenir pour aider un pays victime d’une crise de la dette publique, soutenir les réformes structurelles des Etats en crise, et aider à «la convergence sociale» des États de la zone euro.

Mais le texte rappelle le maintien du principe selon lequel les risques et les responsabilités ne doivent pas être séparés, l’argument de toujours de la droite allemande contre la mutualisation de la dette.

Sécurité, lutte contre le dumping social, la fraude et l’évasion fiscale sont aussi mentionnés, ainsi que l’imposition en Europe des grands groupes internet tels que Google, Apple, Facebook et Amazon et même la finalisation (enfin) d’une taxe sur les transactions financières.

L’accord en revanche fait l’impasse sur les objectifs climatiques et revoit les ambitions à la baisse pour ne pas froisser les lobbies de l’automobile et du charbon.

Malgré un soutien affiché à la ligne Macron, le document évite de revenir sur une proposition du président français : la création d’un **ministère des finances de la zone euro.**

Sur le plan fiscal, évidemment, le document ne fait pas mention de hausses d’impôts pour les plus aisés - cette demande du SPD n’a pas été retenue.

Mais dis donc, cet accord, cette Grosse Koalition ça rappelle en peu la République en Marche, non ? Comment on dit république en Marche en Allemand ?

Alors la GROKO a été saluée par Emmanuel Macron qui se dit "heureux et satisfait" de l'accord trouvé en Allemagne, dont les termes sont selon lui "plus favorables au projet européen" qu'il défend.

Cette coalition a surtout pour but de sauver le dernier mandat d’Angela Merkel et d’empêcher coûte que coûte de nouvelles élections en 2018 qui seraient sans doute davantage favorable à l’AFD, parti d’extrême droite xénophobe qui compte déjà 92 députés au Bundestag.

On voit donc se dessiner un avenir de l’Europe dans un pas de deux entre la France et l’Allemagne par les tenants du monde d’hier et d’une certaine idée de l’Europe. Comme l’a justement fait remarqué **Jean-Luc Mélenchon **(je suis le premier à prononcer son nom à l’antenne du Media, j’ai donc droit à un cadeau! *) * qui était à Berlin dimanche dernier à l’invitation du groupe parlementaire de gauche Die Linke : «Le macronisme, c’est Merkel et Schulz dans la même personne» Les Allemands en ont deux pour le prix d’un. Cette vision d’un moteur allemand - visiblement à bout de souffle - fait l’impasse sur l’Europe d’aujourd’hui et pense à 2 pour 27 quand se dessinent les fractures grandissantes entre anciens et jeunes pays de l’union.

    • MODELE ALLEMAND, NON MERCI !**

Pas de quoi se réjouir de ce macronisme d’outre Rhin, quand on regarde l’envers du miracle allemand et les résultats des politiques économiques successives de flexibilisation du travail des gouvernements successifs SPD et CDU:

Tu as quelques chiffres pour pas que je te crois juste sur ta bonne mine?

Un Allemand sur cinq est en situation de précarité. A Berlin, un enfant sur trois est considéré comme « pauvre ». 20% des actifs sont condamnés à des emplois mal payés. Le nombre de travailleurs pauvres, c'est-à-dire gagnant moins de 60 % du revenu médian, est passé d'environ 2 millions de salariés en 2004 à 4 millions en 2014 (9,7 % de la population active) Au total, ce sont plus de douze millions de personnes sont victimes de cette misère sociale.

Les inégalités n’ont cessé de se creuser ces dernières années derrière les performances économiques du pays, se cache la misère du peuple qu’on ne veut pas voir. Cette Allemagne, qu'on n'a cessé depuis des années de nous donner en exemple, a atteint un nouveau record, avec un taux de pauvreté de 15, 7 %.

Le « rapport gouvernemental sur la pauvreté » n'a été publié que début 2017, avec un retard d'un an et demi, parce que la chancellerie fédérale a exigé la suppression de nombreux passages évoquant les conséquences négatives de la pauvreté sur la croissance et le déficit de la représentation politique des pauvres et de leurs intérêts. En Allemagne, les pauvres (65 %) votent en moyenne beaucoup moins que les riches (90 %). Soit une différence de 25 points contre seulement 11 points pour la France (81 % contre 92 %).

PIED AUDE Merci Alexis. A mercredi prochain.


Avant de nous quitter, images saisissantes au Mexique près de Tulum… des chercheurs ont découvert ce qu’ils pensent être le plus grand site archéologique submergé du monde… Presque 350 kilomètres de grottes et de galeries inondées depuis des siècles. Des objets, des squelettes d’animaux, des sépultures humaines qui pourraient remonter à 10 ou 12 000 ans pour certaines… Cette découverte permettra de mieux comprendre l’inframonde, cet univers mythique, central dans la culture des premiers peuples du Mexique actuel…

C’est la fin du Journal, votre journal. Merci aux socios qui nous permettent d’exister et de proposer ce 20h en libre accès. A demain.

Fichier de sous-titres

Sous-titres

Aide:Sous-titrage